L’urbanisation et la construction des principales rues de la ville date de la fin du XIXe siècle. Avant cela Gérardmer est une sorte de chapelet de hameaux courant le long de la vallée de la Vologne entre les lacs de Gérardmer et de Longemer. En 1842, la commune compte 5 273 habitants, pour la plupart dispersés sur l’ensemble du (grand) territoire de la commune (qui comprend encore le village de Xonrupt).

Le plan d’assemblage des plans cadastraux parcellaires de la commune de Gérardmer (Arch. des Vosges, 3 P 5136/9) permet de repérer précisément les habitations (en rouge), les bâtiments officiels (en bleu) et les différentes voies de communication ainsi que les cours d’eau. Pour faciliter la comparaison avec ce qu’est le territoire de la ville aujourd’hui j’ai plaqué ce plan de 1847 sur un fond de carte actuel grâce à l’outil Map Warper. Le jeu de transparence (grâce au curseur) entre ces deux cartes permet de se promener à travers la ville et les montagnes et voir ce qui l’y avait, ce qu’il reste. Malheureusement l’application fonctionne très difficilement sur smartphone.

Visiter Gérardmer en 1847

Le plan d’assemblage et l’ensemble des feuilles du cadastre de Gérardmer (le cadastre napoléonien de 1808 et le cadastre rénové de 1847 sont consultables librement en ligne sur le site des Archives départementales des Vosges  ; choisir dans la liste « Plans cadastraux » et la ville.

Merci aux Archives des Vosges pour la fourniture du plan cadastral en haute-définition 😉

Categories: Archives Histoire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *